Propassif : actualités formation et labellisation bâtiments passifs

29 mars 2024

Newsletter 34 - Mars

L'Edito : Mars !

Le printemps est souvent synonyme de retour des allergies en tous genres. Les explosions florales, et le vent léger, le soleil, tout concourt à générer des réactions. La construction passive, grâce à son système de ventilation double flux, est un véritable confort lors des périodes d'affluence de pollen...


Le printemps est souvent synonyme de retour des allergies en tous genres. Les explosions florales, et le vent léger, le soleil, tout concourt à générer des réactions.

La construction passive, grâce à son système de ventilation double flux, est un véritable confort lors des périodes d'affluence de pollen. Les bâtiments dotés de systèmes de filtration d'air avancés aident à réduire les allergènes, offrant un sanctuaire aux personnes sensibles. L'intégration de matériaux durables et hypoallergéniques dans la construction permet également  de limiter les réactions allergiques.

Une des raisons pour lesquelles, parmi les sujets sans concession, figure : l'étanchéité à l'air !


ÉTANCHÉITE A L'AIR  : 0,6 en n50 quèsaco?

Le contrôle de l'étanchéité à l'air est un élément majeur de la construction passive : mais pourquoi?

L’étanchéité à l’air d’un bâtiment est sa capacité à limiter l’air qui traverse les parois. C’est donc une barrière contre les flux d’air indésirables entre l’intérieur et l’extérieur, autant en hiver qu'en été.
Et toutes ces fuites ou infiltrations posent plusieurs problèmes.
En effet ces pertes nécessitent de devoir réchauffer davantage les locaux, et donc augmentent le besoin de chauffage, baissent l'efficacité énergétique de la ventilation et finalement augmentent la consommation d’énergie.
Le confort intérieur du bâtiment est clairement dépendant de l’étanchéité à l’air.
Les fuites créent non seulement des problèmes d’isolation sonore mais également influent sur la détérioration du bâtiment ; les arrivées d'air extérieur humide, poussiéreux, voire chargé de pollen s'ajoutent aux phénomènes de courant d’air désagréables.
C’est pour toutes ces raisons que les bâtiments passifs visent un critère d’étanchéité à l’air mesuré à l’aide d’une grandeur nommée le n50.
Le n50 est, par définition, le débit de fuite sous 50 Pascals de l’enceinte étanche à l'air.
Pour un bâtiment labellisé Passivhaus nous visons un n50 de 0,6 vol/h. En d’autres termes, le volume d’air total du bâtiment est renouvelé de 60% en 1 heure sous une pression de 50 Pascals. (pour mémoire, la pression atmosphérique normale est de 101500 Pascals ; 50 Pascals étant la pression exercée par un vent fort)
Pour une rénovation passive niveau EnerPHit, l’étanchéité attendue est de n50 = 1,0 vol/h. Cette différence est dû au fait que la rénovation consiste en une isolation des éléments structurels du bâtiment conservés. Or certains éléments comme le béton ou bien alors les châssis de fenêtres peuvent s'altérer avec le temps, et jouent un rôle important dans l’étanchéité à l’air.

Le n50 : on vous dit tout :
L'indice n50 sous 50 Pascals est une mesure de la perméabilité à l'air d'un bâtiment.
Lorsqu'on effectue un test de perméabilité à l'air sur un bâtiment, on applique une différence de pression de 50 Pascals entre l'intérieur et l'extérieur du bâtiment. Ensuite, on mesure le débit d'air qui traverse involontairement l'enveloppe du bâtiment à cette pression. L'indice n50 représente le débit d'air par heure qui traverse l'enveloppe du bâtiment, sous une différence de pression de 50 Pascals.
Un indice n50 plus bas indique une meilleure étanchéité à l'air, ce qui est souhaitable pour améliorer l'efficacité énergétique et le confort des occupants d'un bâtiment. Il n'est pas rare d'obtenir un indice n50 de 0,2, ce qui est une très bonne étanchéité à l'air.


Le PORTRAIT du mois

Aujourd'hui, nous vous présentons Bertrand BRIERO qui s'est prêté au jeu des questions-réponses.