Propassif : labellisation et concepteurs bâtiments passifs

Bâtiments labellisés

Extension du siège de La Mondiale

Comment économiser de l'énergie dans son lieu de travail tout en maintenant un niveau de confort élevé pour ses salariés ? Précurseur dans son domaine, la compagnie d'assurance La Mondiale a trouvé la réponse dès 2007 : en investissant dans 4000 m² de bureaux passifs.
Le projet d'extension du siège de La Mondiale, dans les Hauts-de-France, a été confié à l'architecte Frédérique Moguez ainsi qu'aux deux bureaux d'études Marc Toutin et ETR Ingénierie, qui avaient déjà collaboré sur un premier chatier HQE.

Une entreprise engagée, un projet pionnier du tertiaire

Dès l'origine, le projet s'inscrivait donc dans une démarche environnementale forte, avec pour objectif la garantie d'un travail bien conçu et bien réalisé, menant à la labellisation Bâtiment Passif.
Pourtant, l'orientation initiale du projet était le BBC. Ce n'est qu'une fois constatée par le maître d'oeuvre la possibilité de diminuer drastiquement ses coûts annuels d'exploitation pour un surinvestissement moindre, que la décision fut prise de passer au passif.
D'une surface totale de 4000 m², l'édifice devait pouvoir accueillir 250 collaborateurs, dans des conditions de travail et une qualité de bâti optimales...

Innover pour pallier les imprévus d'un chantier pilote

Le principal obstacle auquel se sont heurtés les participants a été leur propre expérience : aucun n'avait encore été impliqué dans un projet passif. De plus, le bâtiment, à l'origine pensé comme unn BBC, était également relié au reste du complexe, un bâtiment standard.

Pour atteindre les exigences du passif, le parti pris fut d'éviter un grand système de producton d'ECS. Il a été remplacé par une production directement sur les éviers afin de limiter les déperditions énergétiques : chaque étage s'est v umuni d'un ballon d'eau chaude. Cela permet également de s'adapter à la fréquentation irrégulière du bâtiment.

Les ponts thermiques inhérents à la conception originelle de l'édifice, tels que le sas d'entrée et le vouloir de jonction; ont vu leur étanchéité à l'air renforcée par l'utilisation de matériaux certifiés passif. Les conduits de sésenfumage, chapeautés à l'origine par de simples grilles apposées sur le toit, soulevèrent aussi des difficultés. La solution : les boucher par des dômes mobiles, qui se soulèvent en cas d'alarme incendie.

Impliquer les usagers pour surmonter le challenge

Enfin, l'utilisation même du bâtiment fut prise en compte :
il a été nécessaire d'installer les postes de travail de manière optimale afin de réduire les consommations électriques secondaires.
Un partenariat fort a ainsi été mis en place avec les occupants : réduction du nombre et partage du matériel à forte consommation tels que les photocopieurs, les imprimantes ou encore les machines à café.

Au départ, quelques ajustements ont du se faire : "Fenêtres fermées, en plein été, la température dans les locaux se maintenait autour de 20°C" explique Frédérique Moguez, l'architecte. Mais c'était sans compter sur certaines habitudes bien ancrées : "En ouvrant les fenêtres, la température passait à 26°C !" complète-t-elle. Progressivement, les appréhensions rencontrées chez les salariés, dues par exemple à l'absence de climatiseurs, se sont évaporées une fois constaté le confort naturel d'un bâtiment passif.

Livrée en 2012, l'extension du siège de La Mondiale est aujourd'hui un parfait exemple d'un mélange d'inventivité architecturale et de comportement responsable qui donne pleine satisfaction à ses usagers.

Surface : 2748 m²

Type de travaux : Neuf

Budget : 5629248€

Coût de construction : 2022€/m² HT

Rôle de Propassif : labellisateur

Maître d'ouvrage : SCI La Mondiale

Système constructif : Bois/Maçonnerie béton

Type de label : Bâtiment Passif Classique

Extension du siège de La Mondiale

Restez connectés !